DNB/Interviews/Neurofunk

Billain – Interview

billain photo couvTandis que la soirée Konnect Session 2 battait son plein à l’Inox Club de Toulouse, nous avons eu la chance de rencontrer, après Joe Ford, le bosnien fou répondant au nom de Billain. Il a bien voulu répondre à nos questions, se présentant comme un personnage décontracté, et passioné par sa musique.

Check the english version of this interview below on the page

billain in da mix

Billain @ Konnect S2 (KO-LAB Stage) / Toulouse (France) / 07.05.2013

.

Billain, bienvenue à Toulouse ! Nous sommes La Doxa, accompagnés par la Kosen Prod qui organise cet évènement.

Enchanté les gars !

C’est un plaisir de t’avoir avec nous ! Pourrais-tu commencer par une petite présentation pour nos lecteurs ?

Et bien, je m’appelle Billain, je fais toutes sortes de choses un peu dingues en terme de Drum & Bass, j’essaie de faire aussi de nouvelles choses sur d’autres terrains musicaux, tout en essayant de garder un style old school. J’essaie d’innover… avec de nouvelles méthodes de productions.

On commence tout de suite avec tes news. Tu viens de passer une semaine en studio avec Mefjus. Comment ça s’est passé ? Est-ce que vous préparez un EP ensemble, ou vous avez juste faits différents morceaux qui sortiront indépendamment les uns des autres ?

Ça s’est très bien passé ! C’était encore mieux que ce que l’on avait imaginé. On s’est assis, et on a commencé à produire un son, ça nous a pris une heure. Et puis on s’est dit « on va l’améliorer, encore un peu… » et au final il nous restait 4 jours pour faire autre chose. Donc on a décidé de faire un autre morceau ! Et donc on a fait un autre morceau… On était tous les deux impressionés du travail accompli par l’autre, c’était vraiment super. On a créé des monstres ! Un des morceaux est super puissant, je vais le balancer ce soir, genre avant-première / teaser !

Donc, vous allez faire un EP ensemble ?

Et bien, pour l’instant on n’a que deux morceaux, qui ont déjà été réservés, mais je n’ai pas le droit de dire à qui… Mais maintenant, vu qu’on sait qu’on peut produire des trucs très rapidement, on pense qu’on va remettre ça, peut être avec deux nouveaux morceaux, on verra !

Parlons de toi, personnellement. Quel est ton parcours musical ? Ton univers, ta galaxie ?

Mon parcours musical commence en 98, à l’époque de la fièvre techno. La bonne vieille techno minimale, qui ne ressemble plus vraiment à celle qu’on peut entendre aujourd’hui. Mais je savais que je ne continuerai pas à faire uniquement ça. Je voulais progresser, faire quelque chose de plus agressif. J’aime beaucoup la science fiction, je cherchai dans les genres auxquels je m’essayais, ce côté science-fiction. Et c’est la Drum & Bass que j’ai choisi, elle a influencé le reste de mon parcours musical,  dans le sens où je suis en recherche constante de moi-même, de ce que j’aime vraiment. En plus, la scène Drum & Bass à Sarajevo date d’il y a environ 14 ans… ça compose donc une bonne partie de mon passé musical.

Ça me semblait logique de me diriger vers quelque chose de plus complexe, mais qui pouvait être écouté par un public plus large. Je n’étais pas sûr de vouloir me lancer directement dans des productions du style de Warp Records, comme Aphex Twin ou autre. Je voulais trouver un juste milieu : un son plus ouvert, pour un public plus large, mais toujours dans une ambiance club, en conservant un standard sur lequel on peut bouger.

On peut aussi dire que tu es l’un des figures emblématique du Neurofunk. Quelle est ta vision sur ce genre musical ?

Il faut savoir que mon paysage musical est très lié au « sound design ». C’est un job que j’ai à part, je créé des sonorités pour différents trucs : documentaires, dessins-animés, court-métrages… Et je retrouve ce côté « sound design » dans le Neurofunk. Je voulais créer quelque chose de mélodieux, mais partant un peu parfois dans l’abstrait… Le genre de trucs auxquels les labels te disent : « On ne peut pas sortir ça ! C’est absurde ! Tu pourrais pas rajouter un petit côté…  » Tu sais, la fameuse gamme Fa. Et je réponds « Pourquoi ? » Si on reste dans cette optique, on ne peut pas progresser, on ne peut pas faire quelque chose de vraiment différent. Et ça, ça tuerait ce type de musique.

Parce c’est un genre où il faut rester très créatif.

Voilà. Il faut toujours apporter quelque chose de nouveau. Donc, ça me semblait logique d’insérer une partie de sound design dans ma musique, et c’est ce que je m’efforce de faire en ce moment.

Certaines de tes sorties chez Bad Taste Recordings ont été précédés de vidéos qui expliquent comment tu produis tes morceaux et/ou tes visuels. C’est important pour toi que les gens comprennent ton approche artistique ? 

J’ai un peu honte de ces vidéos… (Rires) J’explique uniquement une petite partie, mais la plupart du temps c’est juste moi en train de… jouer avec des trucs. J’imagine les gens qui se demandent « Mais qu’est-ce qu’il fout ? ». En fait, je veux juste leur montrer qu’il faut garder un esprit ouvert sur les choses. Quand je joue de la guitare en utilisant par exemple la vibration machine, c’est pour montrer qu’on peut trouver d’autres sources pour augmenter sa créativité, trouver des idées de sons qui peuvent ensuite être insérés dans un nouveau type de morceau, et c’est là que ça devient intéressant de produire.

Il y a des normes de production qui sont basées uniquement sur certains Plug-ins. Et souvent, on entend des morceaux qui ne sont produits qu’avec ces plug-ins. Ils sonnent tous pareils, à cause de ça ! Mais une fois qu’on se penche sur des sources de samples différentes, ça devient complètement autre chose.

.

C’est d’ailleurs de ça dont on voulait te parler ensuite : tes techniques de productions. Tu utilises donc à la fois le sampling, les plug-ins, et l’enregistrement d’instruments physiques/objets, c’est ça ?

Comme je l’ai dit, il y a une bonne partie de sound design, c’est un mélange. Il y a d’ailleurs cette méthode que j’ai appris avec le sound design : ça consiste à « cultiver » des samples, genre darwinisme : sampler ce qui ressort de certains mélanges, puis les remélanger, les remélanger… et après six générations de samples, tu obtiens des trucs vraiment bizarres. Tu répètes tellement de fois le procédé, que tu fais évoluer certains samples en quelque chose qu’il est impossible de trouver dans les bases ou packs de samples classiques. Et c’est vraiment essentiel quand on parle de l’identité d’un morceau, créé personnellement, par un artiste spécifique.

Ça devient super personnel.

Exactement, ça devient personnel. C’est comme ça que je traite les morceaux que je produis.

Et donc, quels sont tes projets en cours ? EPs ? Albums ? Collaborations?

J’en ai tellement… Je fais des tonnes de nouveaux morceaux, mais c’est un peu à cause (ou grâce aux) des labels, qui sont parfois lents, puisqu’ils doivent préparer leur marketing, avant de sortir un morceau.

Donc je ne perds pas mon temps. Quand j’ai des sons qui sont en attente de sortie, je fais autre chose. Je bascule sur une autre facette de moi-même, Aethek, celui qui fait ces trucs expérimentaux genre downtempo ! J’ai trouvé un label pour cet autre type de production. J’espère d’ailleurs pouvoir sortir un album un jour ! Mais la Drum & Bass reste ma priorité, il y a des tonnes de nouveaux morceaux. Et du côté des nouvelles collaborations… euh… la dernière c’était avec Mefjus, et pour les autres, je ne suis pas vraiment autorisé à en parler ! Ce qui est sûr, c’est que beaucoup de choses sont à venir.

Ça marche ! Dis-nous, aurais-tu un Top 3 ? Des choses que tu apprécies beaucoup en ce moment, morceaux ou artistes ?

Euh Hans Zimmel ? Hein ?? C’est la base.

Et aussi Aphex Twin… toujours.

Et un troisième… le troisième c’est… Je sais pas trop. J’ai jamais pensé à un troisième… J’ai ces deux-là à l’esprit et… (Il réfléchit) Je commence vraiment à aimer les trucs Tyler the Creator, c’est un peu bizarre… mais j’adore ce jeune rappeur, les choses qu’il fait. Il a des bonnes idées. Je pense que ça serait mon numéro 3. Ouais c’est lui.

Plutôt intéressant comme classement ! Bon, et bien c’est tout ce qu’on avait comme questions, merci pour le temps que tu nous as accordé ! On espère que tu passeras un bon moment durant ton set de ce soir. Quelques mots pour le public toulousain ?

« Bienvenue » à la Konnect Session ! Restez connectés ! Peace !

.

BILLAIN

Facebook / SoundCloud / YouTube / Twitter 

.

________________________________________________________________________________________________

ENGLISH VERSION

uk-flag

.

Billain, Welcome to Toulouse! We’re La Doxa, joined by Kosen Production who organize this event.

Nice to meet you guys!

It’s a pleasure to have you here. First, a short introduction for our readers?

I’m basically Billain, I do all kinds of crazy stuff in terms of Drum & Bass, try to do as much as I can in new kinds of grounds, and at some point keeping that kind of old school style, at some point trying to do something new… yeah, I confuse people a lot in terms of new types of production ‘n stuff .

We start right now with your news, you’ve just spent one week in studio with Mefjus. How did it go? Are you preparing an EP together? Or just some tunes you will release independently?

It went better than expected man, we just sat there, and we’ve done one track in one hour. Then we said “oh let’s improve it, let’s improve it…” so we had basically four days then for other tracks, so we said “well let’s do another track”, then we started to do another track… Both of us were really surprised by the workflow of each other, it really went well. We created a monster! It’s a really loud track that is even spinnable, and I’m going to drop it tonight, like a premiere-teaser stuff!

So you’re going to bring an EP together?

Well, for now it’s just two tracks, they have already been reserved, but I’m not allowed to tell who! It looks like lot of an action, and now that we know that we can do things really fast, we’re thinking about like “yeah, we can another time something more…like two more tracks, or whatever…

Let’s talk about you personally now, what is your music background? Your universe, galaxy…

My Musical background is from 98, it basically started with that techno fever, the good old minimal techno, not today’s minimal, did old kind of minimal, really smart rhythmically. And I just couldn’t keep myself on that thing. I just wanted more of a progression, something more aggressive. I’m really good at sci fi story, so whatever type of genre that is having more profound sci-fi story, that’s the one I really chose, that was my musical background, in terms of…searching for myself basically, what I really like. And there’s been like 14 years of Drum & Bass scene in Sarajevo so there’s also a nice background of that.

It was just logical for me to go to go to something that is really complex, but more for wide masses. I wasn’t sure if I wanted to go straight into things like what was released by Warp Records, like Aphex Twin or something, more like in the middle of things, that wide masses could listen to, and still clubbing, a standard that is danceable to.

We can also say that you’re one of the main Neurofunk character! What’s your vision regarding this musical genre?

My background is also connected to sound design. That’s a job on the side that I do, making sound design for various things: documentaries, cartoons, short movies or else. I really found this in Neurofunk. I want to achieve something musical, but that sometimes goes abstract… Even label are like: “We cannot release this! This is just absurd! Can you put a little bit of…?” You know the famous “F note”… And I say like “Why?” If you keep this standard, you’ll never go in progress on some different new things. That would be the death of a genre.

Because you have to keep your creativity.

Yes. It’s always about new things. So I feel like it’s logical to sound design to appear also in music, and that’s what I’m basically doing now.

Some of your releases on Bad Taste Recordings were followed by videos explaining how you produce your tracks and/or visuals. Is that important for you to make people understand what is your artistic approach? 

I feel a bit ashamed of those videos you know. (Laughs) I explain just a part of it, but the other part is just me… playing around with stuff, with people thinking “What is he doing?” But I basically show that you need to be open-minded about certain things. And me just doing this on guitar, like vibration machine, it’s just showing them that you can find another sources for interesting ideas that can be dragged into a cool new type of track, it’s going to be interesting.

Certain standard, just based on certain plugins and stuff, and at some point there are tons of tracks that are from same plug-ins. they sound the same because of that. But once you just go with totally different sources, that’s a new story.

.

That’s actually what we wanted to talk about next, your production techniques. You are both into sampling, plug-ins, physical instruments recording, right?

As I said, it’s a part of sound design, it’s a mixture. I learned this thing in sound design. It’s about breeding samples to the point where you are doing a little bit of Darwinism: Breeding the breeds, of the breeds, of the breeds… in the sixth generation of sampling, you get some really bizarre results. Because you’re doing so many repetitions over existing things, you’re really evolving certain samples to a point that they turn into something that cannot be found in industry of standard sample bases or packs. That’s a life savior when it comes to a certain track identity for a certain artist.

It becomes Really personal.

Yeah It turns really personal, and you really treat your tracks like that.

And then, what are your ongoing projects? EPs, albums? Collaborations?

So much things man! Guys, I make tons of new tracks, but it’s a bit because of lags with label, they’re pretty much slow they need to prepare their kind of marketing, before releasing a certain track.

But I’m not losing time, at that time where I leave those tracks to be announced I’m doing other stuff. I’m more also into the darker side of me, which is Aethek, the one that makes this really experimental downtempo things, and I found a label for that certain thing, and I’m probably aiming for the album. But Drum’n’Bass is still the first thing, there are tons of new Drum & Bass tracks. And in terms of new collabs, well… the last one is Mefjus and about the other ones… I’m really not in position to talk about them right now… but a lot of things are going to happen!

Alright! What about a current top 3? Do you have something that comes directly in mind, tracks or artists? That you really appreciate right now.

Hans Zimmer? Yeah?? Logically.

Still Aphex twin…

And a third one would be… the third one is… I don’t know. I never thought about a third one… I have these two and… (He thinks about it for a while) I’m really starting to like these really weird things from Tyler the Creator, this young rapper, he has cool ideas and stuff. That would be my number three I think. Yeah.

Quite interesting as a number 3! Well, that’s all we had to ask, so thank you for your time! We appreciate. I hope that you’ll have a great time in Toulouse on your set. Do you have some words for the audience of Toulouse tonight?

“Bienvenue” to the Konect show! Stay Konected! Peace Up!

.

BILLAIN

Facebook / SoundCloud / YouTube / Twitter 

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s