Interviews

008 Prod & Metronom (Kids Of Crackling) – Interview

logo 008 prod

En mars dernier, les Airs Solidaires nous ont ouvert les coulisses de leurs concerts au Bikini et à la salle du Cap. Après l’interview de CloZee, voici celle de la 008 Prod (DJ Shogun, DJ Slice, DJ Salim et DJ Kriminal Cut) accompagnée du beatmaker Metronom, et réalisée juste avant leur passage sur scène en compagnie de l’1probable MC. Ce soir là, les mythiques Afu-Ra et Das EFX étaient également présents sur la scène du Bikini.
Au menu, quelques questions préparées puis de l’impro, comme d’habitude. Bonne lecture !

Salut les gars ! Pour commencer, au risque de ne pas être original du tout, on va vous demander une petite présentation générale du crew, et pourquoi pas une présentation personnelle.

Dj Slice : On a commencé dans le scratch à 3, avec Salim et Kriminal Kut. Les premiers sons qu’on avait étaient à base de Afu-Ra, c’était il y a plus de dix ans. La base de notre culture c’est ça.

Ensuite on a rencontré Shogun qui était lui aussi super remonté. Il n’avait pas de platines ni rien mais le même esprit : remonté dans le Hip-hop. Du coup on a monté un crew à 4, et on a envoyé. Ça fait 10 ans maintenant. A la base on est potes, maintenant quasiment tous trentenaires, et voilà on s’est rassemblés autour de la musique. Vachement dans la blague aussi.

DJ Salim : DJ Salim, trentenaire, comme les autre je kiffais le Hip-hop et j’étais attiré par le scratch côté technique. Et puis on a commencé à tous acheter des platines, on s’est entraînés pendant 2 ans au scratch dans nos chambres. En fait on a réussi à s’acheter des platines quand on a commencé à travailler, vers 18-19 ans. On s’est mis à regarder des vidéos de scratchs à 3, on a vu qu’ils faisaient des équipes de 4 : les Beat Junkies, The X-Ecutioners… On s’est dit « pourquoi pas nous » ? Puis ensuite Shogun nous a rejoint, passionné de scratch lui aussi, on s’est mis à 4 et maintenant on fait de la reconstruction et surtout de la technique.

Metronom : Il y a aussi l’1probable mc qui n’est pas là (en balances à ce moment là), lui de base c’est un freestyler. Ce n’est pas un mc de studio. C’est vraiment un gars qui fait de l’impro, du freestyle, connu sur Toulouse et qui a beaucoup de talent. J’aime ce côté freestyle pour le live, ce côté vraiment impro Hip hop, même si maintenant il a aussi des textes avec des thématiques. Pour le live, il a vraiment un bon contact avec le public. Il se concentre d’ailleurs sur le passage de End of the Weak à Toulouse : une ligue de MCs, qui vient des States et qui est devenu internationale avec le temps.

Collectivement, vous faites du scratch sur tous styles de musique. Au niveau de vos influences, vous avez parlé de Das-EFX et Afu-Ra qui sont là ce soir. Est-ce qu’il y en a d’autres que vous voudriez citer ?

DJ Salim : On va citer des classiques, les Wu Tang… en fait tout ce qui était de 92 à 98, tous ces grands acteurs du Hip Hop US et Indé. Après il y a quand même dans l’équipe beaucoup de connaisseurs en rap français. Moi un petit peu moins, car après 2000 j’ai un peu décroché du rap français.
Donc des influences surtout US.

Comment se déroule la production de votre titres, de vos sets.. ? Vous avez des logiciels fétiches ?

DJ Salim : Un peu de tout, pour les prods Nuendo, Logic, Reason..

Metronom : Eux c’est surtout des platines. Moi c’est principalement la MPC, même si je bosse avec des ordis autour. La base principale c’est AKAI MPC, c’est vraiment ma marque de fabrique.

DJ Shogun : C’est comme ça qu’on s’est connus, par un ami en commun, parce que moi aussi je suis dans le délire MPC, beaucoup de hardware. J’aime les platines, c’est mon instrument de musique. Mais je m’intéresse aussi beaucoup aux Drum machines, samplers, etc. Et c’est pareil pour toute l’équipe, on se sert de tous les supports.

Metronom : Le hardware pour ma part reste vraiment la base. Je pense que c’est pareil pour Greg.

DJ Shogun : Je tiens d’ailleurs à dire que Kriminal Cut est arrivé en finale de « Drop the beat » l’année dernière (applaudissements). Slice fait de l’electro, du disco, avec des titres qui s’achètent sur internet.

DJ Salim : On s’est beaucoup diversifiés, on est partis dans nos délires. Et là on se retrouve, le set va être éclectique.

DJ Shogun : Je pense que le set qu’on va jouer est une bonne description de ce qu’on fait comme musique, de ce qu’on écoute, ce qu’on aime. Vous verrez mais il y a quand même beaucoup de choses différentes.

Au niveau de vos dates précédentes, où est-ce que vous avez joué ? En région Toulousaine ou au niveau national ?

DJ Salim : On a fait Garorock, mais pour le reste c’était principalement en région toulousaine.

Metronom : Je pense qu’il y a vraiment un milieu sur Toulouse, notamment depuis les 2-3 dernières années, avec une scène Hip Hop underground, et même des indés US qui viennent. Et pas forcément qu’au Bikini et à la Dynamo. Par exemple on a vu Edo G au Cri de la mouette, alors que le mec est quand même un master de « l’âge d’or » du Hip Hop. Dans les indés c’est un peu dans la même lignée que Afu-Ra et Das EFX qu’on voit ce soir.

Donc voilà on bouge surtout sur Toulouse et le Sud-ouest. Peut être bientôt sur Paris, c’est encore en discussion.

On trouve pas grand-chose quand on tape « 008 Prod » sur internet. Vous avez un soundcloud, quelques morceaux de scratch sur le myspace…

DJ Slice : Sur le myspace ? (rires) J’avais oublié, ça fait très longtemps qu’on ne l’a pas touché.

..et sur youtube, des petits délires avec Tayo Cruz, hein Salim ?

DJ Salim : (rires) Ça c’est ma faute. En fait si t’as capté le délire, je me moque de Taio Cruz. Je voulais prendre le morceau le plus pourri du moment et le remixer en dubstep. Récemment je l’ai même posté sur son site à lui, je veux un procès (rires).

DJ Slice : Vous avez kiffé le clip non ? (rires)

Le clip est plutôt bien fait oui, avec des gros logiciels de traitement photos notamment…

DJ Salim : Et oui là c’est carrément du Paint.. (rires)

Est-ce que vous cherchez à développer un peu plus votre visibilité ?

DJ Salim : Quand tu veux faire de la com’, il te faut quelqu’un qui sache en faire. Et comme on a tous des jobs à côté, on est pas des gens qui vont te proposer des choses tous les jours, parce qu’on a pas trop le temps pour ça.

Metronom : Surtout qu’en plus on fait presque que des scènes et des sets spécifiques au live.

DJ Slice: On produit aussi, mais des trucs qui ne nous mettent pas en avant : des beats, scratchs, instrus.. On produit des rappeurs, donc c’est pas notre morceau à nous. En tant que « 008 prod » tu ne trouveras pas grand-chose, mais plus de choses en solo.

DJ Salim : Si tu trouves des trucs estampillés « 008 Prod » c’est qu’on se réunit pour un live.

Metronom : Par exemple Shogun pose les scratch sur des morceaux qu’on fait en commun, mais tu verras pas le groupe au complet.

Donc c’est plus un collectif qu’un véritable groupe, c’est ça ?

DJ Salim : En fait, c’est plus un collectif qui est parti d’un vrai crew.

DJ Slice : C’est-à-dire que t’as plus de chance de nous voir en live que sur le même morceaux.

Metronom : Voilà c’est vraiment du live, on n’enregistre pas les sets.

DJ Shogun : Pour conclure là dessus nous on kiffe la musique, on kiffe la faire partager. A côté on a des boulots, et faire des vues sur youtube n’est pas notre but premier, on en a un peu rien à taper. Notre kiff c’est la scène, et rigoler. Surtout rigoler, et prendre du plaisir en faisant ça.

On ne connaît pas l’ensemble de votre parcours, est-ce que vous collaborez avec beaucoup de rappeurs et beatmakers ?

DJ Shogun : Pas mal oui : Stick, Swed, Fugee Brasco, le Tireless Crew.. CMF Prod pour qui on a posé quelques scratchs.

DJ Slice : Mais aussi Furax Barbarossa (intro de l’album « En bas de l’echelle ») , le Sarazin Crew, Vito, Omerta-Muzik..

DJ Shogun : Il n’y en a pas beaucoup sur Toulouse qui ne nous connaissent pas.

Metronom : C’est vrai que le milieu toulousain est assez petit, resserré, tout le monde se connaît relativement bien. Moi je travaille aussi avec Fadah d’Omerta-Muzik. Mais aussi également sur Paris avec mon crew de beatmakers, « Kids of Crackling ».

Une question pour Metronom justement : est-ce que tu fais des Live à la MPC en solo ? Flev nous a dit qu’il faisait ça à l’occasion, à New York notamment.

Metronom : Pour en avoir discuté avec Flev, ce sont plutôt des battles de MPC qui se font là-bas, notamment du coté de Los Angeles. A l’époque, et ça remonte déjà à quelques années, les mecs se réunissaient et chacun avait un défi: soit ramener ses beats, soit une heure pour faire un son. Que du hardware : en gros ils se battent à coup de caisse claire et de kicks.

En ce qui me concerne c’est moins live que Flev, c’est différent de ce qu’il fait, pas la même approche. Pour ce qui est du live MPC, cela se fait mais ce n’est pas quelque chose de vraiment répandu. Les beatmakers sont plutôt des mecs qui restent chez eux dans leur chambre pour taffer leurs sons, pas du genre à se mettre en avant, contrairement aux Djs.
Mais c’est vrai que ça commence à venir, par exemple on va avoir un show le 4 octobre à la Dynamo avec des beatmakers de mon crew Kids of Crackling et Shogun, plus des Mcs notamment l’1probable mc. Ce sera pour la première partie du concert de TSR crew organisé par Quali District. Ce sera seulement des beatmakers, avec un appui sur scratch derrière.

Ça vous fait quoi de jouer ce soir aux côtés de Afu-Ra et Das EFX ?

Réaction commune: Ça déchire, c’est grand honneur, on ne peut pas rêver mieux.

Dj slice : C’est les premiers skeuds qu’on a eu, Afu-Ra… franchement c’est quelque chose de beau.

Metronom : Trop de souvenirs.. les tapes de DJ Clyde, Afu-Ra, les premiers skeuds qu’on a eu, on a scratché leurs intrus étant plus jeunes. Ça fait partie des premiers vinyls que j’ai acheté.

Du coup c’est les Airs Solidaires qui vous ont contacté ? Comment ça s’est passé ?

Dj Shogun : On s’est captés par l’intermédiaire d’un collègue avec qui je bosse de temps en temps, qui m’a présenté Paul des Airs So. On a discuté, il a vu ce qu’on faisait. A la base on devait faire un tremplin au Connexion Café en février, qui était plus orienté électro. Mais quand il a vu ce qu’on faisait, il nous a programmé directement au Bikini.

Au niveau du stress ça se passe comment ? Vous êtes habitués non ?

Metronom : En tant que beatmaker j’ai jamais eu trop de contact avec de la scène. En tout cas beaucoup moins que eux qui ont tourné pas mal dans les soirées.

Dj Shogun : On verra quand il y aura le peuple devant nous ! (400 préventes, et la soirée fut blindée)

Metronom : Et puis avec Das EFX, tous les anciens seront là, ça ne touche pas qu’une génération. Autant ceux qui vont venir voir la New School viendront voir Das EFX, autant l’inverse ne se fera pas. Tu ne verras pas les mêmes gars.

DJ Salim : Afu-Ra c’est super Indé, ça reste un son très indé, même si ça a pas mal percé !

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

008 Prod

Facebook / Myspace

Metronom

Facebook / Soundcloud

L’1probable MC

Facebook / Soundcloud

Les Airs Solidaires

Facebook / Twitter / Site Officiel

La Doxa

Facebook / Twitter / Mixcloud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s