Interviews/Rap

Interview – Le Bon Son

bandeau le bon son

Voilà presque deux ans que le site Le Bon Son s’affirme de par son activisme comme un des principaux relais actuels du rap indépendant. Ils viennent de chez nous, Toulouse, une ville qui confirme jour après jour son rôle moteur dans le hip-hop francophone.  Raisons pour nous de chercher à en savoir plus, à travers un entretien avec Olivier, instigateur du site et passionné de longue date.

Quand as-tu créé le site Le Bon son, et dans quel but ? Le contexte devait être particulier vu que tu vivais au Chili à ce moment là.

J’ai créé Le Bon Son début 2012. Avant j’étais sur un autre site pendant 2 mois, j’ai fait 4 ou 5 papiers mais ça ne s’est pas très bien passé. J’avais des divergences avec le rédacteur en chef. Donc je suis parti et j’ai créé Le Bon Son fin février ou début mars 2012.

Et pourquoi ? Parce que je trouvais qu’il y avait un peu un retour du « bon son ». Ça m’avait inspiré 2-3 articles, et après l’expérience que j’avais eu sur le premier site je voulais le tenter par moi même.

C’est vrai que je n’étais pas en France quand j’ai commencé, mais en même temps je pense que ça me permettait d’avoir un peu de recul sur le truc. Et puis je savais que j’allais revenir en France 6 mois plus tard, donc quand j’ai monté le site c’était dans l’idée de rencontrer les gens plus tard. Mais effectivement c’était marrant de suivre tout de loin, et de ne faire aucun concert en France alors que j’interviewais tous les MC’s par mail. Par contre j’ai fait pas mal de concerts Hip-hop au Chili.

C’était pas trop galère d’interviewer les artistes uniquement à distance ?

Il y a le mail qui est pas mal, parce que ça permet de ne pas tout retranscrire. Et ça permet surtout aux gens qu’on interviewe de bien choisir leurs mots et puis d’être assez concis. Il n’y a pas de remix quand on retranscrit l’interview, ni de modification du propos. On a juste à corriger les fautes d’orthographe. Ça c’est l’aspect pratique. Après il manque un peu le côté humain de la rencontre, mais c’est vrai que même en étant basé à Toulouse je fais des interviews par téléphone des fois. Globalement on va dire qu’à distance ça permet de gagner du temps. Et on perd un peu en humanité de la rencontre.

Quels sont les activités que mène le site ? On connaît les interviews et les jeux concours notamment. 

Je l’ai pas dit au début mais depuis juin on est une équipe, c’est-à-dire que j’ai recruté des rédacteurs, donc je parle un peu aussi en leur nom. Sur le site il y a beaucoup d’interviews effectivement. Il y a les 10 bons sons tous les mois, un peu de la prescription on va dire, c’est-à-dire 10 titres qu’on a aimé même si c’est pas forcément les 10 meilleurs du mois pour tout le monde. C’est 10 titres qui ont retenu notre attention.

Après on fait des chroniques, et ça nous arrive de temps en temps de faire des petits billets sur un phénomène dans le rap. On fait des jeux concours mais ça c’est plus sur la page facebook. Et aussi des live report.

Est ce que tu as des velléités à organiser d’autres genres de choses dans le milieu du rap, comme des concerts par exemple ? Ou d’autres sortes d’événements Hip-hop.

Le site nous prend déjà pas mal de temps, je pense que l’organisation c’est encore autre chose. Et je pense que ça doit être très chronophage. Le mieux est de ne pas tout mélanger. On est partenaires sur plusieurs événements, et on est très contents de l’être, mais de là à passer à l’organisation ça me paraît un peu plus compliqué. Après pourquoi pas à l’occasion. On ne se ferme pas de portes.

As-tu l’impression à travers le site de jouer un vrai rôle dans la sphère du rap indé ? D’être implanté, jouer un rôle de diffusion, etc.

Je sais pas si on a tant d’influence que ça. On se contente de relayer des fois par des interviews ou par des chroniques mais je pense pas qu’on ait autant d’importance que ça. Il y a plein de sites comme nous qui relaient. Et peut être qu’à nous tous on fait un peu avancer la machine… On va dire qu’on apporte une petite contribution au fait que ça avance. Et puis vu que ça avance, on espère qu’on joue un petit rôle.

Combien as-tu recruté de rédacteurs, pourquoi ? Tu n’as pas peur que la ligne directrice que tu voulais à la base imprimer au site en prenne un coup ?

On a tous une vie à côté, c’est pas notre gagne pain, et j’avais de moins en moins de temps, donc j’ai préféré écrire un petit peu moins. C’est vrai qu’au début quand j’ai lancé le site j’écrivais beaucoup d’articles parce que j’avais envie que le site existe et qu’il ait une vraie activité. Maintenant on essaie de privilégier la qualité à la quantité.
Je trouve que plutôt que de dévier d’une ligne éditoriale, l’idée était plutôt de recruter des gens qui connaissent bien le site. C’est ce qui s’est passé, la plupart étaient des lecteurs assidus du Bon Son. Et c’était surtout dans l’idée d’élargir le spectre musical du site, avec des artistes que j’aurais pas forcément interviewé, ou qui m’ont pas forcément interpellé. Et peut être justement de mettre en avant des gens que je ne connais pas, des univers qui vont peut être un peu moins me parler mais qui vont rester intéressants. Du coup je trouvais justement bien d’ouvrir ça avec d’autres rédacteurs, d’avoir d’autres points de vues.

Quel est votre mode de fonctionnement: est ce qu’ils ont une totale liberté pour impulser les choses, ou au contraire ils passent par toi ?

Ils savent qu’ils sont très libres. De temps en temps ils me demandent. Je dirai plus qu’on se concerte ensemble en fait. Et puis globalement ils savent très bien qu’ils écrivent ce qu’ils veulent sur qui ils veulent. Et justement on a tendance parfois à cataloguer un petit peu le site en tant que relais du rap indé, mais c’est pas quelque chose que moi j’ai recherché. Finalement ce qu’on écoute, pour la plupart c’est du rap indépendant. C’est nos goûts musicaux, c’est pas calculé. On va pas se dire « tiens on va pas écouter ça parce que c’est passé en radio ou que c’est signé en major ». Ça s’est fait naturellement ! Maintenant si quelqu’un veut écrire un article sur Kaaris par exemple, ça va peut être un peu trancher mais tant que c’est bien argumenté et fait intelligemment je vois pas le problème.

Quels artistes t’ont le plus marqué en interview ? Ou même en dehors, sur le plan humain peut être ?

C’est compliqué parce qu’il y en a beaucoup. Je dirais Flynt pour ma première vraie interview en live, et parce que j’attendais grave le nouvel album, Nekfeu pour la simplicité du bonhomme, et Loko, Sëar et Les 10′ pour le plaisir de parler son avec des fins connaisseurs, des témoins privilégiés de l’histoire du rap français.
Et puis il y a un truc que j’ai remarqué, c’est que plus les artistes étaient connus, moins ils étaient regardants sur la transcription, moins ils étaient compliqués finalement. C’est un phénomène que j’ai remarqué.
Et sur un autre plan il y a des rencontres avec des activistes passionnés comme 10vers par exemple, qui se bougent énormément pour faire vivre le rap dans leur ville, en plus de leur propre activité musicale.

Une préférence pour un style de rap particulier ? Plutôt tendance old school ou new school ? Plus orienté underground ou alors tous ces groupes qui buzzent bien en ce moment ?

On va pas se voiler la face, c’est vrai que j’ai un style plutôt avec des valeurs old-school. Pour ce qui concerne les sonorités old-school, si c’est seulement pour que ça sonne comme avant, ça m’intéresse beaucoup moins. J’ai bien aimé ce retour qu’il y a eu avec ce que certains ont appelé le « deuxième âge d’or » à la fin des années 2000. J’ai trouvé ça bien, je me suis vraiment engouffré dedans. Et maintenant c’est vrai que ce que j’aime bien c’est quand il y a tout de même une petite touche de nouveauté. Par exemple j’aime beaucoup quelqu’un comme Pejmaxx parce qu’on sent les valeurs old-school, on sent que c’est quelqu’un qui a écouté beaucoup de hip-hop dans les 90’s, et en même temps ses instrus, son flow ou son phrasé un peu plus lent sont très actuels et ça me parle carrément.
Donc je dirais que j’écoute un peu de tout, il y a pas vraiment de style. Ça va de Odezenne, les bordelais avec des sonorités parfois électroniques voir jazzy et des paroles pas forcément conscientes, à Pand’or qui elle pour le coup a des grosses références old school et sonne vraiment à l’ancienne. J’écoute vraiment pas mal de trucs différents. Je suis assez allergique à ce qui passe sur Skyrock, même si c’est pas parce que c’est Skyrock, mais plutôt que leurs choix pour l’instant ne me parlent pas vraiment. Même quelques titres de Stromae peuvent me parler.

Dernière question un peu bonus: on a lu ton billet sur les rappeurs à succès. On connaît donc plus ou moins ton avis sur la question, mais pour approfondir, que penses-tu par exemple d’un rappeur indé qui accepte de passer sur Skyrock (cf le S-crew il y a 2 semaines dans Planète rap) ? Et sur un autre sujet spécifique, que t’inspire le passage d’IAM à Urban Peace, au milieu de groupes pas franchement hip-hop, devant le public qui va avec, et comme point d’orgue la conférence de presse en compagnie de Laurent Bouneau ?

Moi je suis très content quand j’entends Sëar Lui-Même sur Planète Rap, je trouve ça mortel. Pour les planètes rap du S-crew j’ai regardé les freestyles, pas vraiment les émissions entières. Comme ils disent « le freestyle c’est convivial », c’est vraiment des bons moments et à chaque fois qu’il y en a je trouve ça terrible ! Et même la Nocturne le vendredi soir par exemple, c’est la seule émission spé’ qui est restée, et parfois il y a vraiment des bons trucs. Je suis tombé dessus 2-3 fois en rentrant de soirée et j’ai trouvé ça cool. C’est juste dommage qu’ils aient enlevé les autres émissions spé qu’il y avait avant. Donc non moi ça me dérange pas du tout que des rappeurs indés ou que j’écoute passent sur Sky, au contraire, tant que ça n’affecte pas leur musique.
Pour ce qui concerne IAM, je pense qu’ils n’ont pas triché en faisant leur dernier album, ils ont pas cherché à passer sur sky. Ils sont passés sur Sky, tant mieux pour eux. Maintenant pour Urban Peace, après les propos qu’ils avaient tenu il y a 2-3 ans c’est vrai que c’est un peu surprenant on va dire, notamment la conférence de presse avec Laurent Bouneau. Mais je pense que c’est dur pour un groupe de cracher sur Urban Peace et sur ce que ça peut apporter en terme de visibilité, même en terme de cachet. C’est pas rien. Surtout qu’eux se positionnent sur une fin de carrière, et on peut comprendre l’envie de terminer par un Stade de France. Et puis on va pas juger 25 ans de carrière sur un Stade de France avec Skyrock.

.

LE BON SON

> Site internet
> Facebook
> Twitter

LA DOXA
> Facebook
> Soundcloud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s